Retard de paiement à l'internation - Credit inter entreprise
Administrateur Administrateur 26 février 2014

Les retards de paiement priveraient les PME de 15 milliards d’euros !

 

Réduire le Crédit inter-entreprises était un des volets de la LME en plafonnant les délais de paiement, 5 ans après la mise en application de la loi, la trésorerie des entreprises s’en sorte-t-elle mieux ?

Graphique Crédit au secteur privé

Quel est le rôle de l’état pour aider les entreprises en difficulté ?

En novembre dernier, Monsieur MONTBOURG annonçait sur France Inter : « Puisque le système bancaire ne fait pas son travail et ne veut pas prendre de risque, l’Etat va faire la banque.
Nous allons emprunter pour prêter » aux entreprises en difficulté, a affirmé le ministre.

Retard de paiement entreprise

« Nous avons ressorti un vieux fonds qui existe depuis 1948, qui a servi dans toutes crises conjoncturelles en France qui s’appelle le FDES (Fonds de développement économique et social) », actuellementdoté de 80 millions d’euros, a-t-il indiqué. »

La semaine dernière, l’Observatoire des délais de paiement a remis son rapport 2013 à Pierre Moscovici, ministre de l’Économie et des finances, selon lequel : « Une entreprise sur trois est touchée par un retard de paiement supérieur aux 60 jours calendaires légaux, qu’elle en soit victime ou à l’origine. »

pierre_moscoviciQuelles mesures pour limiter les retards de paiement ?

Pour remédier à cette situation, Pierre Moscovici annonce deux nouvelles mesures.

  • Mise en place d’une instance, rattachée à la Médiation inter-entreprises, par laquelle les entreprises pourront cibler les mauvais payeurs.
  • Renforcement du rôle des commissaires aux comptes, prévu dans la loi Hamon sur la consommation adoptée par les députés le 13 février 2014. En cas de manquements répétés au respect des délais de paiement, les entreprises se verront exiger une information sur leur solde client, et pourront être sanctionnée administrativement.

Ces décisions politiques présagent-elles de l’effet domino redouté ?

facture

Au niveau des TPE et PME, le pragmatisme est de rigueur : il faut mettre des outils adaptés à la situation :

  • Mesurer la solvabilité du client et inscrire les délais de règlement négociés sur les factures
  • Mesurer et maitriser la politique de l’évitement : gérer les déclarations de « faux-litiges » et suivre les promesses de règlements
  • Augmenter la cadence des relances automatiques
  • Anticiper le défaut de règlement en échelonnant les créances
  • Appliquer les pénalités légales et celles des conditions générales de vente

Rendez-vous dans les prochaines semaines. Nous passerons de la parole aux actes en développant toutes ces thématiques, afin qu’elles vous soient profitables !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois × = 15

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>